• Minor Disappointment No Anger

    m1

    La colère des fans exigeants, je peux la comprendre mais lorsqu’elle se transforme en flot d’insulte elle m’exaspère et me dégoute. J’étais au Stade de France le 14 juillet. Je savais à quoi m’attendre. Cette arène n’est pas conçue pour l’acoustique d’un concert en plein air. J’ai pourtant allongé les euros pour m’offrir le show de la Madone qui oui m’a déçu. Je n’ai pas apprécié que mes tympans soient torturés par un son saturé métallique et indigeste. Je n’ai pas profité de la mise en scène même avec des jumelles pointées sur les écrans géants dont la taille était manifestement inadaptée à l’enceinte sportive. Je n’ai pas forcément compris les choix de la setlist. Bref de là où j’étais je ne pouvais pas me délecter du spectacle à sa juste valeur considérant tous les biais et les obstacles se dressant en rempart entre Madonna et ma modeste personne. Je considère qu’en matière artistique et culturelle, le prix n’est pas le garant de la qualité. Je le sais, je l’accepte. C’est le jeu ma pauvre Lucette. Cela ne me fait pas tout d’un coup détester celle qui continue à me faire dandiner sur le dancefloor. Cela ne remet pas en cause à mes yeux sa carrière, ses provocations, ses tubes. Je trouve simplement dommage que pour cette fois je ne garde pas en mémoire d’excellent souvenir. C’est dommageable certes mais pas catastrophique.

    m2

    Hier soir, 2700 places étaient proposées à l’Olympia. Places auxquelles les ultra-fan(atique)s ont pu accéder en priorité à des prix, je veux bien le reconnaître, exorbitants. Je n’irai pas débourser 260 euros peu importe mon affection pour un artiste, ce d’autant plus que les faux frais doivent aussi s’envisager et se budgétiser, ceux en quoi les Parisiens oublient bien trop souvent leur position de privilégié. Je le répète encore une fois le prix n’est pas garant d’une explosion de joie. Rien n’indiquait ce qui allait être proposé sur cette scène mythique. Fallait-il s’attendre à une énième représentation du MDNA tour,…sûrement pas vu que certains tableaux ne pouvaient pas être adaptés sur une scène plus étroite. Fallait-il s’attendre à un concert de longue durée…peut-être mais pas lorsque l’on sait que ce dit concert est diffusé gratuitement sur le net. Madonna a été huée, insultée après avoir lâché ses fans au bout de 45 minutes…Les ultras auraient dû s’en douter non ? Ils ne connaissent donc pas assez leur idole pour savoir ce qui allait se passer ? Pensaient-ils réellement qu’elle serait soudainement proche de son public, qu‘elle ferait subitement un concert intimiste et acoustique? Cela n’a jamais été le cas. Regarde ses précédents concerts, c’est toujours le même schéma directeur. Je ne la blâme pas. J’étais installé dans mon sauna hier soir dans le noir. Je me suis douté qu’il y aurait forcément des problèmes techniques pendant la diffusion sur le net. La bande passante et les débits sont forcément mis à contribution pendant ce genre d’événement. J’ai pesté oui pendant quelques secondes…pas contre Madonna…contre le net. Impossible de voir le show case devant mon écran PC. C’est devant mon smartphone, la sueur coulant sur mon corps dénudé, que j’ai apprécié de revoir la Madone et paradoxalement avec un confort visuel accru par rapport à mon expérience de juillet. Sur mon écran, je la voyais encore mieux qu’avec mes jumelles pointées sur les écrans. Alors Oui 45 minutes c’est court…mais méritaient-elles autant de véhémence et de haine ?

    Je ne le pense pas.

    Et quand je vois cette affiche (entre autres...), je me laisse à penser que ces fans en colère s'étaient bien préparés à l'insulter quoiqu'il arrive...

    m3

    « Sur les planchesSimplicité Complice »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :