• Parce que ce jour est spécial

    Parce que j'ai envie de te faire un cadeau

    Je t'offre cinq fois plus de raison

    De me découvrir

    Sous un autre jour

    Celui de mon ADN

    En évolution

     

     

    Lire la suite...


    22 commentaires
  • Serais-je donc si lubrique pour recevoir en un laps de temps record autant de propositions visant à me détourner de mon chemin ?

     pi

    Lire la suite...


    13 commentaires

  • 7 commentaires
  • greDans une guerre, il faut semble-t-il toujours choisir un camp. A ce jeu-là, je crois bien que je préférerai être Suisse. Neutre. Je ne te parle pas d’un affrontement militaire entre deux pays ennemis mais plutôt d’une mascarade psychologique qui sévit depuis plusieurs années en plein cœur de mon petit monde des bisounours, le pays où les comptines enfantines font office d’hymne national. Le conflit prend sa source, comme toute guerre, dans une quête du pouvoir…savoir qui deviendra le grand chef d’une section pour le moins divisée tant sur l’idéologie du travail que sur la qualité des relations humaines. Réduire le conflit à l’affrontement entre les « Gentils » d’un côté et les « Méchants » de l’autre serait purement suicidaire car comment définir les critères sur lesquels nous pourrions ranger chaque individu dans un camp ou dans un autre. Tout est question de point de vue, et surtout d’affinités historiques pour chacun des leaders qui se disputent le trône.

    greCes deux derniers ont le même bagage professionnel pour prétendre sans aucune ambigüité à cette promotion lourde de responsabilité. Ne reste donc plus que leur personnalité pour les départager et biaiser ainsi les résultats d’un vote…ou plutôt d’un avis consultatif qui nous a été imposé par 4 autres grands chefs indécis refusant de trancher sur ce choix cornélien aux conséquences futures incertaines mais assurément non exemptes de dommages collatéraux qui mettront l’équilibre déjà précaire de notre microcosme en danger. Leur grande faiblesse aura été de faire croire à un ersatz de démocratie dopée de démagogie et d’hypocrisie sachant très bien que les rancœurs passées, les copinages et autres magouilles allaient être au cœur du débat alors qu’il s’agissait plutôt de définir les piliers et les grands axes de notre futur. Seulement voilà, lorsque les fondations d’un bâtiments sont branlantes, tout s’écroule comme un château de cartes à moins de repartir de zéro pour assurer des bases saines. Nous devions donc choisir entre :

          -N°1 : dévoré d’ambition au point d’écraser les autres sur son passage, charismatique pour les ignorants (ceux qui n’ont pas su ou qui n’ont pas voulu voir le vrai visage de N°1), manipulateur, roublard, démagogue, adepte du « t’es mon copain, aimes-moi ou sinon fais gaffe à toi »

          - N°2 : Scientifique pur souche, rigoureux, droit dans ses baskets mais transparent, respectueux des qualités et des compétences de chacun, idéaliste sans doute naïf, un pur gentil…trop gentil.

    A ma décharge, tu pourrais m’accuser de ne pas être très objectif…et pourtant crois moi je connais mieux n°1 que n°2 et je ne suis ni ignorant ni aveugle. J’ai beaucoup souffert des coups bas de n°1...mais sans tomber dans le piège de la manipulation, et surtout pour me protéger, j’ai mis de l’eau dans mon vin (sacrilège) sans étouffer ma rancœur que je ne pourrai jamais effacer…je suis devenu presque neutre en m’attirant parfois les foudres du camp n°2. Tant pis….et puis j’ai du choisir un camp. J’ai écouté celui de mon cœur parce qu’après tout, un vote, un choix, est essentiellement plus passionné que raisonné.

    Et tu veux connaitre l’heureux élu ?

    C’est pourtant simple à deviner.

    Moi-même je l’ai toujours su sans doute parce que je vois le verre à moitié vide et que je suis entouré d’aveugles hypnotisés.

    gre

    N° 1 avec 60% des voix.

    Sans appel.


    9 commentaires
  • Je me suis lancé depuis la rentrée dans une nouvelle activité dont j’avais déjà goûté aux délices pendant mes tendres années collège. Une discussion avec une amie aura suffit à me remémorer les bons souvenirs de cette période et d’y réfléchir pour me replonger dans l’addiction.

    Express yoursef

    Ben oui pourquoi pas moi ? Le seul obstacle fut de trouver dans mon agenda hyper booké un créneau horaire en semaine…et il semblerait que le mercredi soit idéal dans la mesure où je ne suis pratiquement jamais de garde à l’hôpital (c’en est presque un exploit vu que je cumule sept à huit gardes par mois)…mais également trouver l’atelier adéquat avec mes ambitions et mes disponibilités.

    Express yoursef

    Je me suis rendu compte qu’il existait une multitude de groupes amateurs sur Bordeaux, aux inspirations et influences diverses et bigarrées. Après avoir assisté au premier cours, je m’y suis carrément inscrit succombant à cette plénitude et au bien être ressenti par cette séance. Tu penses sûrement que je viens de plonger dans les délices d’une bonne hallucination secondaires à un excès de LSD, victime consentante mais manipulée d’une nouvelle secte au gourou magnétique qui m’hypnotiserait dans le seul but que je m’abandonne corps et âme à son charme…..ça va pas la tête ! Tu te fous carrément un énorme doigt dans ta cornée ( t’as mal ? Bien fait !)…Une séance d’amour tantrique ?…non merci je suis plutôt adepte des corps à corps physiques….du Yoga ?…raté encore une fois, je suis aussi souple qu’une dépouille animale passée au crible du thanatopracteur. Non beaucoup plus simple.

    tha

    Un atelier théâtre. D’un ton assez professionnel je dois bien l’avouer. Et la pratique de ce nouvel hobby me transporte vers une certaine légèreté, me dynamise, m’exalte…bref m’oxycodise. Ne vas pas croire que je vais devenir une star des planches, non car cela n’est point le but recherché, juste une tactique pour rencontrer un nouveau groupe, une voie détournée de découvrir une nouvelle facette de soi grâce à des techniques simples mais diaboliquement efficaces. Savoir respirer. Tu penses en être capable puisque tu le fais instinctivement 12 à 15 fois par minute ? Je le pensais naïvement. Pourtant j’ai découvert et entendu ma voix autrement en prenant mon temps. Inspirer et lâcher à haute voix ce que tu as à dire. Savoir parler. Ecoutes toi avant de répondre. Tu vois, tu n’articules pas assez, tu as perdu l’accent tonique. Tu confonds le « x » et le « s », le « ch » et le « s ». Exprimer ses emotions : la colère, la tristesse, la joie, le drame, le cynisme, la depression, l’angoisse…tout un panel à mixer pour pouvoir sauter du coq à l’âne et jouer avec les mots. Imaginer et inventer. Improviser mais pour réussir savoir écouter et rester concentrer. Cela peut te sembler évident, d’une facilité déconcertante. Détrompes toi.

    Je débute certes mais j’ai le sentiment de progresser à chaque séance. J’observe mes comparses et m’inspire de leur expérience pour avancer. Je ne sais pas où cela va me conduire mais ce qui est sûr c’est avec une certaine excitation que j’y retourne chaque semaine pour recevoir ma dose…je ne sais pas comment l’expliquer, et je ne suis pas seul dans ce cas, mais le théâtre…enfin l’aperçu auquel je participe…est une véritable drogue douce à consommer sans aucune modération.

    odx


    10 commentaires